Black Friday : Top départ des fêtes de Noël ?

Black Friday ou Black Week ? Pendant plus d’une semaine, le phénomène Black Friday et ses promotions ont envahi les écrans : boîtes mails, sites e-commerces et médias, impossible d’échapper à l’information.
Une opportunité pour certains quand on sait que 89% des participants au vendredi noir et au Cyber Monday cherchent à anticiper les dépenses et achats des cadeaux de Noël.
Le Black Friday marquerait-il le début de la consommation liée aux fêtes de Noël en France ? Décryptage du phénomène.

 

Les origines du Black Friday

Le Black Friday, ou Vendredi Noir, est un phénomène importé des Etats-Unis qui, au lendemain de Thanksgiving, voyaient les magasins baisser considérablement leur prix afin de vider les stocks et d’attirer un maximum de clients avant la période des fêtes. Un moyen également effectif de générer de la croissance dans la société.
Aujourd’hui, le Black Friday est devenu un phénomène marketing viral dans le monde Occidental, pleinement répandu en Europe.

 

Et si c’était le Black Friday qui avait remplacé le Père Noël en France ?

En France, le Black Friday est arrivé timidement dans les habitudes de consommation des français, avant de connaître une véritable médiatisation de la part des annonceurs à partir de 2017.

Et cette année encore, l’événement a révélé la force marketing qu’il représente en engendrant une augmentation des ventes en ligne de 34% par rapport à 2017, pour le seul jour de vendredi. Comparé à un vendredi moyen sur l’année 2018, le volume de commande pour le Black Friday atteint les +372% !
De tels volumes de commande sur Internet sont colossaux, mais sont-ils vraiment étonnants à cette période de l’année ? Pas vraiment lorsque l’on sait que la période Noël est le nerf de la guerre pour les sites de e-commerce. En effet, 87% des cyberacheteurs ont l’intention de réaliser leurs achats de Noël sur Internet. Ce pourcentage représenterait dès lors près de 37,7 millions de consommateurs pour un panier moyen de 190€ ! Un potentiel, et surtout un enjeu, énorme pour ces e-commerce pour lesquels les recettes des fêtes de Noël représentent 20% du chiffre d’affaire.
Pour confirmer l’importance que représente l’approche des fêtes de Noël dans la réussite du Black Friday, il suffit de s’intéresser aux motivations principales d’achat des français à l’occasion de cet événement. Pour 53% c’est le moyen de faire des économies à l’approche de Noël, et pour 40% l’occasion de préparer à l’avance les achats de Noël.
Ainsi au coeur du phénomène de consommation massive réalisée lors du Black Friday, une préoccupation qui pourrait paraître paradoxale : faire des économies.

 

Du côté des annonceurs : investissement publicitaire ou matraquage médiatique ?

Médias, sites e-commerce, points de vente… Tous l’ont tant et si bien relayés qu’il était presque impossible de passer à côté du Black Friday.

Avec des milliards d’euros de chiffres d’affaires attendus à l’occasion du Black Friday, les annonceurs n’ont pas manqué d’accroître leurs dépenses publicitaires afin de faire face à la concurrence. Ainsi la plateforme de publicités intelligentes Smart a enregistré une hausse de 50% des investissements publicitaires en ligne à l’occasion du Black Friday. Une hausse qui s’est répercuté sur le prix moyen d’une publicité, le faisant augmenter de 20%. Du jamais vu jusqu’alors pour le Black Friday !
Selon une étude de Kantar Media, c’est près de 140 annonceurs qui ont communiqué sur le Black Friday avec 355 nouvelles créations publicitaires diffusées pour l’événement, celles-ci hors bannières publicitaires Internet.
Si la radio a été le média promotionnel le plus utilisé, la distribution arrive juste derrière, utilisée par 40 annonceurs.

Et les médias ne sont pas exempts du phénomène. Kantar Media estime à 16 411 le nombre de retombées médiatiques, soit près de 656 mentions du Black Friday par jour !

Publicité multicanale massive, envahissement des boîtes de réception et omniprésence dans les médias : ne serions-nous pas face à du matraquage publicitaire dans le cadre du Black Friday ? Les subtilités du message et du ciblage sont perdues au profit de la viralité autour de la promotion. On peut dès lors se demander si cette publicité massive n’est pas trop agressive, et donc, contre-productive pour la marque.

 

Les excès du Black Friday : reflet des pratiques de consommation de la société française ?

En 2018, il n’existe plus qu’une seule manière de consommer. Ainsi, pour chaque Black Friday, il existe un Green Friday ou Climate Friday.
Ces mouvements, guidés par des valeurs écologiques et éthiques, ripostent face à la surconsommation qu’entraîne ce type d’événement. Face à l’impact environnemental qu’engendre une consommation impulsive de produits, des acteurs se sont réunis en un collectif en faveur d’une consommation responsable. En signant une charte d’engagement, les acteurs de ce mouvement se sont engagés à ne pas réaliser de promotions lors du Black Friday, mais à reverser 15% de leur chiffre d’affaires du jour à des associations écologiques.

Ces comportements ne sont pas les seules remises en question en termes de consommation des français. Aujourd’hui, de nouvelles habitudes de consommation se créent autour d’une nouvelle économie de niche : celle des biens circulaires. Selon une étude Médiamétrie “65% des acheteurs sont prêts à offrir des cadeaux de ce genre, dont 35% se laisseraient tenter par des produits reconditionnés, 35% des produits issus du recyclage et 22% des produits d’occasion”.

Des chiffres et des mouvements qui montrent que, bien que certaines périodicité tendent à dresser un portrait noir d’une société surconsommatrice, les habitudes et pratiques des français connaissent une évolution parallèle aux prises de conscience sociétales.

Sources :

Journaldugeek
E-marketing
Journaldunet
Blogdumoderateur

Bilan Criteo 2017
Bilan Criteo 2018

Clubic
Offremedia
Isa-Conso
Siecledigital

Sciencesetavenir
Ladn
France Inter
Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *